Mines

BlackRock fera connaître sa décision bientôt

CHIBOUGAMAU – Richard Saint-Jean, directeur général de Métaux BlackRock, a souligné que l’usine projetée proposera une seconde transformation fer/vanadium et titane dès 2019 pour s’ouvrir au marché européen. Toutes les municipalités du Saguenay–Lac-Saint-Jean, ainsi que Chibougamau-Chapais, attendent d’ailleurs avec impatience la décision de BlackRock relativement au site d’implantation de cette éventuelle usine. Celle-ci devrait être connue au cours des prochaines semaines.

C’est donc une étape importante que franchira BlackRock au cours de l’automne. Joint par Informe Affaires, Richard Saint-Jean n’a pas caché qu’avec les prix mondiaux des métaux qui avaient fortement diminué, la minière a dû réorganiser son plan d’affaires pour atteindre un taux de rendement respectable qui mènera à la construction d’une raffinerie pour une seconde transformation.

Depuis le début juillet, une firme a eu le mandat de réaliser l’étude de préfaisabilité dont les premiers résultats sont attendus pour la fin octobre. «Si tous les acteurs démontrent la faisabilité, nous irons de l’avant», a souligné Richard Saint-Jean. C’est seulement en juillet 2016 que le rapport complet des études sera sur la table. Après ce processus, BlackRock entrera dans le financement de cet ajout à son projet. «Le financement ira bien avec nos partenaires. Ils nous connaissent déjà et nous allons poursuivre nos discussions pour l’avancement de l’investissement», a-t-il ajouté. 

Fonte brute et Ferro vanadium

Pour réaliser l’implantation d’une raffinerie qui transformera le concentré de fer/Vanadium en fonte brute et en Ferro vanadium, le projet, qui englobe les études et les travaux, se situent aux alentours de 20 M$. À l’heure actuelle, BlackRock a déjà amassé 7,2 M$ dans ses coffres. «Notre mire est toujours le corridor Chibougamau, Lac-Saint-Jean et Saguenay. Il nous faut un positionnement au meilleur rendement possible. Chaque site que nous analysons a ses avantages et ses inconvénients. Le gisement de classe mondiale a des ressources pour plus de 50 ans. L’objectif, c’est la construction de la raffinerie dès 2017 pour ensuite débuter la seconde transformation en 2019. Les embauches se situeront dans le courant de l’année 2018», a conclu Richard Saint-Jean.

Rappel du projet

Mentionnons que d’importantes activités de forage ont été effectuées. Elles représentent quelque 40 000 mètres et des levées géophysiques et géotechniques pour l’usine fer/vanadium et titane. Aussi, le tracé, d’une longueur de 26 kilomètres retenu pour le chemin de fer, avait été dûment arpenté et rubané. Le projet BlackRock est situé à environ 20 kilomètres au sud de Chibougamau, une région particulièrement riche en histoire minière. La phase avancée du développement du projet, détenu à 100 % par Métaux BlackRock, couvre plus de 5 484 hectares et recèle un des plus importants dépôts de fer, titane et vanadium au monde (un métal rare et ductile principalement utilisé dans les alliages).

Agrandissement de l’équipe

Selon Développement Chibougamau, l’entreprise chibougamoise Metchib a obtenu, en compétition avec des entreprises de l’extérieur de la région, un important contrat de la société minière Métaux BlackRock qui leur permettra d’agrandir leur équipe. L’entreprise, qui offre des services métallurgiques de pointe, devra procéder à des tests de pilotage d’environ 150 tonnes de minerai provenant du site minier de Métaux BlackRock.

Article précédent

Miser sur l’acceptabilité sociale et les retombées économiques

Article suivant

Le lithium au cœur du projet Moblan

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *