Web

Minicentrale hydroélectrique à la Onzième Chute – Le projet franchit une étape majeure

Le premier ministre du Québec, responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean et député de Roberval, Philippe Couillard, a annoncé l’autorisation environnementale du gouvernement à la Société de l’énergie communautaire du Lac-Saint-Jean pour la réalisation de son projet d’aménagement de minicentrale hydroélectrique à la Onzième Chute de la rivière Mistassini.

Cette autorisation découle de la procédure d’évaluation environnementale est une première étape franchie afin de mener à bien la construction de cette minicentrale.

Ce projet prévoit la construction, sur la rivière Mistassini, d’un seuil déversant, d’une prise d’eau et d’une centrale hydroélectrique au fil de l’eau d’une puissance installée d’environ 18,3 MW.

S’inscrivant dans le cadre de la stratégie énergétique 2006-2015, ce projet, qui a été mis de l’avant par les intervenants régionaux et les Innus de Mashteuiatsh « Pekuakamiulnuatsh Takuhikan », prévoit des retombées économiques régionales évaluées à environ 108,4 millions de dollars pendant la période de construction, et à 39,8 millions de dollars lors des 25 premières années d’exploitation qui mettront en valeur une ressource naturelle importante du Québec.

Des garanties pour l’environnement

Depuis l’audience publique du BAPE, le promoteur a pris plusieurs engagements pour bonifier son approche environnementale afin de répondre aux préoccupations de la population, dont celles de la communauté autochtone.

Le promoteur s’est engagé à réaliser le suivi des caractéristiques et de l’utilisation de la frayère à doré jaune et à meunier, celui de l’habitat du poisson, de la végétation terrestre et riveraine, celui des aménagements du parc écotouristique et celui du débit esthétique de la chute.

Il effectuera également un suivi du comportement des glaces sur le plan des ouvrages, notamment en ce qui concerne l’évacuateur de crues. De plus, le promoteur a convenu de réaliser un programme de suivi des retombées économiques, pendant les phases de construction et d’exploitation, pour permettre aux citoyens d’en prendre connaissance périodiquement.

Il mettra aussi en œuvre un programme de suivi environnemental dans les milieux humides riverains en amont du projet.

Avant d’entreprendre la construction de la minicentrale, la Société devra faire autoriser la location des forces hydrauliques et des terres du domaine de l’État, ainsi que les plans et devis.

Article précédent

Dolbeau-Mistassini sera l'hôte du Salon Expo Habitat 2016

Article suivant

Le Salon des produits régionaux à Saguenay

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *