Mines

Port Saguenay: Vecteur économique maritime pour le Québec

SAGUENAY – Carl Laberge, directeur général du Port Saguenay, a indiqué en entrevue que le port est un instrument pour créer de la richesse et générateur de nombreux emplois depuis plusieurs années. D’ailleurs, les projets miniers démontrent que cet important équipement jouera un rôle majeur, même avant les premières pelletées de terre.

Étant la seule installation portuaire au Saguenay–Lac-Saint-Jean, le Port Saguenay travaille sur plusieurs dossiers dans le domaine minier. « Quand il y a des développements miniers, il y a un besoin d’expédier outre-mer de la marchandise. Naturellement, les entreprises se tournent vers le port. Pour le projet Arianne Phosphate, nous travaillons sur la rive nord de Saguenay pour établir un nouveau terminal d’exportation dans le secteur de Sainte-Rose-du-Nord afin de répondre à leurs besoins. Dans ce cas précis, on ne peut pas utiliser nos installations existantes pour une raison de logistique du transport, donc un nouveau terminal est la solution », a expliqué Carl Laberge.

« Pour BlackRock, un projet dans le secteur de Chibougamau, les responsables vont utiliser nos installations et modifier leur projet pour inclure la transformation. Pour nous, cela changera le type de marchandises et son transport parce que c’est une entreprise qui a un besoin de grands volumes d’exportations et d’importations », a ajouté M. Laberge. « Le port est un instrument pour créer une richesse. Quand des projets miniers sont sur la table, le port crée des emplois, mais ce qui est encore plus intéressant, c’est ce que la présence du port permet des réalisations qui mènent à des retombées économiques intéressantes », a-t-il insisté.

Le port en quelques chiffres

  • Aluminium : durant l’année 2014, le Port de Saguenay a expédié 3 580 tonnes en Angleterre, 6 296 tonnes aux États-Unis, 244 tonnes en Europe, 1 084 tonnes aux Pays-Bas et 309 tonnes en Suisse.
  • Sable : le sable représente 24 110 tonnes expédiées dans les autres ports du Canada.
Article précédent

Le ministre Blanchette rêve d’une filière minière au Québec

Article suivant

« La municipalité est prête pour le développement minier » - Le maire Bruno Tremblay de Saint-Honoré

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *