Mines

Arianne Phosphate reçoit l’obtention de son décret environnemental

Le gouvernement du Québec a annoncé qu’Arianne Phosphate inc. avait obtenu l’autorisation gouvernementale pour son projet de mine d’apatite du Lac à Paul. Le gouvernement vient de délivrer le décret environnemental autorisant l’ouverture et l’exploitation de ce gisement d’apatite situé sur le territoire non organisé du Mont-Valin, dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Le territoire québécois regorge de richesses et offre un potentiel immense en matière d’exploitation des ressources naturelles, et nous privilégions les projets qui s’engagent à respecter les milieux d’accueil et les principes de développement durable. Ce décret environnemental pour la mine est une première étape importante vers la concrétisation du projet d’Arianne Phosphate, qui présente un potentiel de retombée économique importante pour le Québec », a souligné premier ministre, Philippe Couillard.

Le projet de mine d’apatite du Lac à Paul prévoit 375 emplois directs pendant la phase d’exploitation et 475 lors de la phase de construction.

Notons par ailleurs que le promoteur d’Arianne Phosphate compte exporter son concentré d’apatite en utilisant un nouveau terminal maritime projeté par l’administration portuaire de Saguenay à Saint-Rose-du-Nord. Cette portion portuaire du projet fait actuellement l’objet d’une évaluation environnementale par l’Agence canadienne d’évaluation environnementale, à laquelle le Québec participe étroitement à toutes les étapes du processus.

Des engagements envers l’environnement et les populations touchées

Il est important de souligner que l’acceptabilité du projet est conditionnelle au respect des engagements pris par Arianne Phosphate à l’égard des citoyens et de l’environnement.

Une évaluation environnementale rigoureuse comprenant des audiences publiques tenues par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) a été menée. Tout au long de la procédure d’évaluation environnementale, le promoteur a collaboré en optimisant son projet sur le plan environnemental. En ce sens, le promoteur s’est formellement engagé à mettre en œuvre diverses mesures d’atténuation.

Le promoteur a également pris certains engagements visant à répondre aux enjeux soulevés par les communautés autochtones concernées par le projet, notamment en ce qui concerne le tracé routier et le caribou forestier, espèce phare de la culture innue. Il a aussi accepté de mettre en place un comité de suivi spécifique aux Premières Nations dès l’obtention du décret autorisant son projet.

Les engagements et les mesures d’atténuation mis de l’avant par Arianne Phosphate touchent plusieurs aspects du projet, autant biophysique que social. On peut citer en exemple la mise sur pied de mécanismes d’échanges entre la population locale et l’initiateur pour la réception et la gestion des plaintes et des commentaires, les divers programmes de suivi environnemental sur la qualité des eaux de surface et souterraines aux abords du site minier, ou les tracés de contournement des noyaux de villégiature le long du tracé routier. 

Soulignons également la volonté d’Arianne Phosphate de réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Le projet de mine d’apatite du Lac à Paul sera doté d’un procédé majoritairement électrique. De plus, les camions de transport du concentré d’apatite seront alimentés par du gaz naturel liquéfié (GNL), ce qui représente une diminution d’environ 45 % en GES par rapport au diesel.

Réactions d’Arianne Phosphate

« Arianne et la région ne pouvaient rêver d’une plus belle façon de terminer l’année », a déclaré Jean-Sébastien David, chef des opérations de la Société par voie de communiqué de presse. « L’obtention de ce décret ministériel est la plus importante étape franchie par le projet jusqu’à maintenant. Avec lui, Arianne a désormais l’autorisation d’aller de l’avant avec la concrétisation de son projet de 1,2 milliard de dollars. Le conseil d’administration et l’équipe d’Arianne tiennent d’ailleurs à remercier le gouvernement du Québec de la confiance qu’il démontre ainsi envers ce projet, de même que toutes les municipalités et organisations qui supportent le projet. Enfin, tout ceci n’aurait pu être possible sans le support de nos actionnaires au cours des dernières années. »

Arianne Phosphate se concentre désormais sur le financement de la construction de la mine. La Société est d’avis que l’obtention du décret ministériel est une étape importante pour la poursuite des discussions en cours avec de potentiels partenaires corporatifs, stratégiques et financiers. Le décret ministériel démontre le support du gouvernement du Québec et vient appuyer la participation d’Arianne à la mission économique qui a eu lieu récemment à New York. Cette mission a été réalisée par le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable du Plan Nord, Pierre Arcand.

Article précédent

Fericar: Plus de 1,3 M$ d’investissement d’ici mars 2016

Article suivant

Arianne Phosphate | Réjouissance auprès de la communauté d'affaires

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *