Relève entrepreneuriale

Dumais Service Auxiliaire prend son envol

 

Issu d’une transaction récente qui a permis à Denis Dumais, fondateur de Filtrartech, de prendre sa retraite, Dumais Service Auxiliaire (DSA) a été fondé début mars par le fils de ce dernier, Jean-Benoit Dumais.

Selon le jeune homme d’affaires, la nouvelle entité a déjà le vent dans les voiles et son PDG prévoit même doubler ses effectifs, d’une cinquantaine d’employés, d’ici la fin 2017.

En fait, dans le cadre de cette transaction, les divisions de Filtrartech ont été scindées pour assurer le déploiement stratégique des deux nouvelles organisations. Soulignons que cette entreprise occupait deux créneaux spécifiques avant la transaction. Aujourd’hui, Filtratech, qui appartient dorénavant à Jean-Francois Turcotte, continue de se déployer, notamment,  dans l’ingénierie, la conception, la fabrication et l’installation de systèmes de vacuums fixes et portables ainsi que dans les équipements de filtration de poussières résultants des procédés industriels.

Une expertise unique

De son côté, DSA assure, notamment, l’entretien de ces équipements, ainsi que les changements et/ou le nettoyage des consommables (filtres) de ces importants dispositifs industriels. D’ailleurs, l’entreprise possède de nombreux outils spécialisés, dont 5 appareils de vacuums portables mis au point par Filtrartech. Dumais Service Auxiliaire est aussi reconnue pour la fournir du personnel spécialisé d’entretien et d’opération auprès des grands donneurs d’ordre comme Rio Tinto, Niobec ou Alouette.

Jean-Benoit Dumais est fier de dire que ses employés ont la réputation d’amener sur les planchers industriels, une valeur ajoutée aux clients en matière d’efficacité et d’innovation.  Il explique que son équipe a développé une expertise particulière dans les « changements de sacs à grande surface ». Il s’agit de filtre en tissus de grands gabarits qui nécessitent une manipulation soignée et des outils particuliers, ce qui n’est pas monnaie courante dans la région et ailleurs au Québec.

D’autres créneaux à promouvoir

Le jeune entrepreneur de 28 ans, qui a investi près de 700 000$ pour acquérir l’entreprise et propulser DSA, a de l’ambition. Même s’il assure demeurer prudent, il caresse des projets d’expansion, pour la région, mais aussi à l’échelle provinciale. « J’ai beaucoup de demandes actuellement. Le défi est de bien planifier nos mandats pour livrer dans les délais, » lance-t-il. Il envisage l’avenir avec optimisme et envisage d’étendre bientôt ses services à d’autres secteurs d’activité, que ceux liés à l’opération et à l’entretien des équipements de filtration.

Article précédent

Rio Tinto rétablit les termes de paiement à la normale

Article suivant

Démocratiser le coaching est le souhait de Joanne Doucet

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *