Économie et Web

Pierre-Luc Desbiens lance son entreprise pour apprendre à gérer les réseaux sociaux

SAGUENAY – Pierre-Luc Desbiens est un homme bien connu dans la région pour avoir travaillé dans plusieurs médias. Durant les dernières heures, il a officialisé son retour dans le monde des affaires en créant une entreprise qui se spécialisera dans les réseaux sociaux.

Depuis 2012, Pierre-Luc Desbiens enseigne au Cégep de Jonquière et il a été aussi l’un des fondateurs de Y Média qui a été vendu en 2012 à Perséides. Après avoir été journaliste culturel pour le Journal de Québec édition Saguenay-Lac-Saint-Jean, son envie de créer de nouveau une entreprise était plus forte que tout. « Je le disais aux gens autour de moi qu’un jour j’aurai mon entreprise. Nous sommes une famille d’entrepreneurs. J’ai vraiment du plaisir à aider les personnes au sein des entreprises pour montrer la puissance des réseaux sociaux », commente-t-il durant l’entrevue accordée à InformeAffaires.com.

« Pierre-Luc Desbiens Formateur Réseaux Sociaux » a vu le jour devant le constat que les entreprises n’ont pas encore franchi le pas de s’afficher. « Durant mes formations, j’explique comment augmenter la visibilité d’une entreprise sur Facebook ou Twitter par exemple, mais aussi de comment animer une communauté. Actuellement, une entreprise sur deux n’a pas encore de site Internet dans la région. Avec trois publications par semaine, la visibilité augmente d’une façon exponentielle », a-t-il ajouté.

Même si LinkedIn prend de plus en plus de place au sein de la communauté d’affaires, le coach en réseaux sociaux constate que Facebook possède une force incommensurable. « C’est le temps de s’y mettre, même si nous accusons un retard, il faut qu’une entreprise puisse mettre un plan pour planifier les publications et ainsi croitre sa visibilité ».

Selon Pierre-Luc Desbiens, un entrepreneur qui souhaite réaliser un transfert d’entreprise afin qu’elle perdure après son départ, doit s’afficher pour attirer de nouvelles personnes et ainsi renouveler sa clientèle. « Je suis formateur, mais je ne gère pas les réseaux sociaux pour les compagnies. Je suis un coach », a-t-il conclu.

Article précédent

Création d’une nouvelle structure de développement économique à Alma

Article suivant

Arianne s'adjoint les services d'Endeavour Financial comme conseiller en financement de projet

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *