Tourisme

Investissement de 2 M$ pour Anima Lumina au Zoo sauvage de Saint-Félicien

SAINT-FÉLICIEN – Hier soir, vers 22 heures, avait lieu, devant dignitaires et partenaires touristiques de la région, la première du parcours nocturne illuminé, Ainma Lumina. Une activité familiale signée Moment Factory qui a demandé 2 M$ d’investissement de la part du Zoo sauvage de Saint-Félicien.

(Photo : Jean-Luc Doumont)
(Photo : Jean-Luc Doumont)

Le député Serge Simard a mentionné d’entrée de jeu, la fébrilité de l’équipe pour le lancement du concept en rappelant l’aide de 26 M$ de la part du gouvernement du Québec.

Sur un parcours de 1,5 km, les familles sont conviées à découvrir le Zoo autrement, dans l’obscurité, où la magie du multimédia opère. La nature, en trame de fond, a inspiré les équipes de créativité. Le décor du Zoo sauvage représentait une percée cinématographique hors du commun, plus grand que nature. Pour les circonstances, le Zoo revêt son cachet de nuit, feutré, enveloppé d’un éclairage doux.

La directrice générale du Zoo sauvage, Lauraine Gagnon, a indiqué l’aspect marquant de cet évènement qui prend un virage significatif pour l’organisation. Lundi, les employés ont eu droit à la première visite et le lendemain, c’était au tour des intervenants du monde touristique.

(Photo : Jean-Luc Doumont)
(Photo : Jean-Luc Doumont)

Les visiteurs pourront, à certains moments, perdre leur repère des lieux. Tout au long du circuit et avec la nature en trame de fond, des projections multimédias, un éclairage parfois mystérieux, parfois magique et une ambiance musicale les accompagneront.

Des dizaines de travailleurs de la région et de la province ont prêté main forte afin d’accompagner l’équipe de Moment Factory pour l’installation du parcours. Des équipements impressionnants : 50 lanternes de bois, 40 balises lumineuses, 75 000 pieds de fil, 200 éclairages, 50 haut-parleurs et 8 projecteurs à la fine pointe de la technologie. La musique qui habite les lieux est signée Vincent Letellier.

(Photo : Jean-Luc Doumont)
(Photo : Jean-Luc Doumont)

Pour sa part, Éric Fournier, producteur de Moment Factory, n’a pas caché son émerveillement face au décor naturel que lui offrait le zoo. « Nous réalisons des projets partout dans le monde, mais celui de Saint-Félicien revêt d’un coup de coeur professionnel. Nous existons pour faire vivre des expériences. Ce parcours en pleine nature fait travailler l’intuition, donc le sixième sens », a-t-il commenté.

Mentionnons que le Zoo sauvage souhaite placer sa notoriété au sein du palmarès des cinq attractions touristiques les plus populaires au Québec.

InformeAffaires.com a capté quelques instants de l’avant-dernier tableau.

Article précédent

La Financière agricole du Québec trace un bilan positif de la mi-saison 2016

Article suivant

CPCI honore BPDL pour l'un de leurs projets à New York

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *