Aluminium

CEE-UQAC et Ville d’Alma réitèrent leur confiance envers le centre de transfert en extrusion

ALMA – Par voie de communiqué de presse, le Centre d’entrepreneuriat et d’essaimage de l’Université du Québec à Chicoutimi (CEE-UQAC) et la Ville d’Alma réitèrent leur confiance envers le projet de centre de transfert en extrusion.

« Nous sommes toujours convaincus de l’importance de la présence d’une usine d’extrusion pour la région » a affirmé Gilles Déry, président du CEE-UQAC.

Rappelons que le CEE-UQAC est propriétaire de l’infrastructure et de la technologie du centre de transfert en extrusion et que sa mission est de promouvoir l’entrepreneuriat et de soutenir la création d’entreprises auprès des communautés universitaire et collégiale du Saguenay–Lac-Saint-Jean. De plus, il favorise le transfert technologique et de connaissance et collabore au développement d’affaires des PME.

Selon le maire de la Ville d’Alma, Marc Asselin : « En tant que partenaire du CEE-UQAC dans l’usine d’extrusion, nous jouons un rôle d’observateur et de facilitateur entre les partie. Nous suivons de près la situation avec une grande inquiétude pour les 30 employés qui subissent en première ligne les conséquences de cette fermeture temporaire. Nous voulons que les partie continuent et intensifient leurs négociations afin d’en venir à un règlement rapide et définitif, et ce, pour le bien de notre communauté almatoise. Nous avons encore et toujours la ferme conviction que l’avenir de notre développement économique régional passe par la transformation de l’aluminium et que l’usine d’extrusion à Alma est un maillon essentiel à cette transformation. »

La Ville d’Alma et le CEE-UQAC tiennent à spécifier qu’ils ne peuvent divulguer d’informations contractuelles et confidentielles sur les ententes prises entre chacune des parties.

Article précédent

Forum sur le pacte social régional de l’aluminium

Article suivant

Une délégation régionale participera au Forum mondial de l’économie sociale à Montréal

1 commentaire

  1. Marc-André
    3 septembre 2016 à 8 h 46 min — Répondre

    Voilà une nouvelle inquiétante. Transformation de l’aluminium dans la région et si on s’était trompé. On a tout misé en croyant que parce qu’on a des alumineries on peut transformer cette matière. Après 100 ans d’exploitation au Québec il faut avouer que les résultats sont minces et en particulier dans la région. Nous produisons le métal gris mais nous ne le possédons pas…

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *