Aluminium

Avenir de Vaudreuil | Le SNEAA priorise la valorisation des résidus

SAGUENAY – Dans son mémoire déposé le 18 octobre dernier sur l’avenir de l’usine Vaudreuil, le Syndicat des employés de l’aluminium d’Arvida (SNEAA) appuie le projet de Rio Tinto (RT) pour l’expansion du site de disposition actuel.

Cependant, le SNEAA priorise le prolongement de l’utilisation du dépôt de boue rouge actuel jusqu’en 2030, année où serait ouvert le nouveau site de disposition de ces résidus issus de la transformation de la bauxite en alumine. Toutefois, l’exécutif du SNEAA insiste pour dire que RT doit poursuive la recherche pour trouver des applications de valorisation de ce produit considéré actuellement comme un déchet.

Pour le président du SNEAA Alain Gagnon, cette proposition, même si elle constitue un choix déchirant entre environnement et développement, représente l’approche la plus intelligente pour assurer la survie de l’usine Vaudreuil, en opération depuis 1936. Pour le syndicat, la fermeture de Vaudreuil signifierait la perte d’au moins 1000 emplois et de plus de 135 millions en activité économique dans la région. « Faut penser à la population, mais il faut travailler intelligemment… On a treize ans pour trouver des solutions pour valoriser le matériau », lance le syndicaliste. Il compare le débat à celui de l’usine du traitement de la brasque (UTB) – un produit beaucoup plus dangereux – qui avait alimenté bien des conversations au milieu des années 2000. Aujourd’hui, ces résidus très polluants sont traités et neutralisés alors que les débouchés pour les sous-produits sont nombreux.

Voici, en résumé, les principaux éléments de la proposition du SNEAA :

  • Le site de disposition des boues rouges arrive à pleine capacité en 2022
  • RT propose de construire une usine d’assèchement de résidus de bauxite par filtration industrielle. Selon le SNEAA, avec un résidu à l’état solide, il sera possible de prolonger l’utilisation du site actuel jusqu’en 2030
  • Parallèlement, avec l’aide de l’équipe scientifique du Centre Recherche et Développement Arvida (CRDA), RT doit accentuer la R&D pour développer des solutions de valorisation et d’utilisation du matériau résiduel.
Article précédent

Nutrinor investit 7,7 M$ dans son usine de transformation de produits laitiers

Article suivant

Investissement de 400 000 $ pour Atelier mécanique Éric Bouchard à Saint-Honoré

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *