Éducation

CFP ALMA | Étudier et travailler malgré un diagnostic de TDAH

ALMA – Nicolas Tremblay est enseignant en soudage-montage au CFP Alma. Il a monté un projet-pilote pour 13 élèves de 17 à 35 ans souffrant d’un TDAH en vue de mieux les intégrer le marché du travail. Les résultats après quelques semaines donnent déjà des résultats remarquables.

Lors de notre visite, plusieurs élèves étaient en poste à leur station de travail. (Photo : Jean-Luc Doumont)
Lors de notre visite, plusieurs élèves étaient en poste à leur station de travail. (Photo : Jean-Luc Doumont)

Sous l’appellation « FOCUS », ce projet vise à diminuer le nombre de décrocheurs et ainsi augmenter le nombre de diplômés. Le programme développé par Nicolas Tremblay intègre l’activité physique et les saines habitudes de vie au cours du cheminement régulier de la formation en soudage-montage. À cet effet, tous les matins avant les cours théoriques, les élèves réalisent une heure d’activité physique et, une fois par mois, ils reçoivent des capsules d’information sur l’alimentation, la gestion du temps ou encore la gestion du stress. En fonction depuis quelques semaines, Nicolas Tremblay remarque déjà un niveau de concentration supérieur dans sa classe.

« Les élèves ont des troubles d’apprentissage, de concentration et même d’hyperactivité. Nous avons remarqué qu’il existe un fort pourcentage de décrochage scolaire dans ces élèves-là. L’année dernière, j’ai commencé à regarder mes élèves pour savoir comment ils fonctionnaient. Est-ce qu’ils utilisent l’agenda? Quels aliments consomment-ils qui pourraient nuire à leur concentration? Donc, pendant trois mois, j’ai observé pour bien comprendre. C’est après que j’ai débuté mes recherches dans les livres pour monter ce projet-pilote », a-t-il commenté en entrevue à Informe Affaires.

Si avant la mise en place du projet l’élève se concentrait 40 minutes sur une période de deux heures, depuis quelques semaines le temps de concentration est près des 100 minutes. D’ailleurs, d’après les recherches que l’enseignant a lues, l’activité physique permet des effets positifs d’une durée de 90 minutes sur le cerveau.

« FOCUS » permet de se raccrocher aux études et d’obtenir par la suite un emploi, mais aussi de diminuer l’absentéisme et les retards. « J’ai calculé que les élèves du groupe avant le projet étaient absents 3,2 heures par semaine. Depuis qu’il a été mis en place, nous sommes rendus à 1,25 heure », a ajouté Nicolas Tremblay.

L’observation du groupe d’élèves sera sur trois mois. Par la suite, et si les résultats continuent d’être positifs, il se pourrait que « FOCUS » soit implanté dans d’autres spécialités du CFP Alma. C’est d’ailleurs le vœu le plus précieux du professeur de soudure qui croit fortement aux effets positifs de ce projet-pilote. De plus, celui qui est également entraîneur au Club Kino aimerait que cela inspire des entrepreneurs à implanter cela au sein de leur organisation. « Le projet est transférable aux entreprises, mais aussi dans les autres cours et dans les autres écoles. Il faut démystifier cette problématique et démontrer que c’est possible de la combattre avec des solutions simples », a conclu Nicolas Tremblay.

Mentionnons qu’Isabelle Privé et Émilie Arcand, conseillères en emploi auprès du Carrefour Jeunesse Emploi, sont partenaires participantes et engagées dans la réussite de ce projet.

Article précédent

Raymond Chabot Grant Thornton | Éric Dufour commente la mise à jour économique 2016

Article suivant

Mot de l'éditeur | Les ressources naturelles, ces mal-aimées

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *