Investissement

RÉTRO 2016 | La Fromagerie St-Laurent clôture ses travaux de 2 M$

SAINT-BRUNO – Avec l’arrivée depuis quelques jours du nouvel équipement pour la fabrication de la mozzarella provenant directement d’Italie, Yves St-Laurent, directeur de production, a annoncé que cela clôturait les divers travaux et agrandissements de la fromagerie.

Afin d’augmenter la capacité de production, le nouvel équipement pour la fabrication de la mozzarella a été mis en fonction durant la dernière semaine. « C’est une machine qui a été conçue spécifiquement pour notre fromagerie. Nous l’avons commandée en août 2015 directement en Italie et il a fallu attendre plus de sept mois », a commenté Yves St-Laurent.

À la fine pointe de la technologie, cette machine devait respecter l’ensemble des spécificités de la fromagerie implantée à Saint-Bruno. « Cela donne un fromage plus blanc et uniforme. Cette mozzarella sera pour le marché régional, mais aussi pour la préparation de plats congelés », a ajouté le directeur de production.

Investissement

En juin 2015, l’entreprise a investi plus de 2 M$ pour réaliser un important agrandissement de 15 000 pieds carrés pour la réception du lait et pour son entreposage. D’ailleurs, dès l’automne 2016, cette fromagerie aura en sa possession deux nouvelles normes, soit la GFSI (Initiative Mondiale de la Sécurité Alimentaire-en français) et la BRC. D’ailleurs, Yves St-Laurent constate que ces normes permettent l’amélioration continue des systèmes de management de la sécurité alimentaire afin d’instaurer la confiance des clients dans la distribution des différents produits. GFSI s’inscrit maintenant comme une tendance qui est là pour demeurer. D’autre part, la certification BRC (British Retail Consortium) s’obtient après un audit de la part d’un organisme certificateur accrédité. Grâce à cette norme, la Fromagerie St-Laurent aura toutes les clés en main pour faciliter l’accès aux marchés étrangers.

Production

Située sur le Rang 6 à Saint-Bruno, la fromagerie emploie environ 70 personnes. La grosse part du marché reste le cheddar frais, la mozzarella et le parmesan, soit 35 000 kilos de fromage chaque semaine. Si on calcule cette production fromagère, il est impressionnant d’estimer le résultat annuel de quelque 2 millions de kilos. Du côté de la production du beurre, c’est aussi un 2 millions de kilos par année.

Article précédent

RÉTRO 2016 | BPDL : Fleuron de l’économie régionale

Article suivant

RÉTRO 2016 | Coopérative serres et pépinière Girardville | Vecteur économique majeur pour la municipalité

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *