Agroalimentaire

La Financière agricole du Québec dévoile son bilan 2016

ALMA – La Financière agricole du Québec dresse le portrait de la saison de végétation et des interventions de l’assurance récolte de la dernière année pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ainsi, en 2016, 757 entreprises agricoles de cette région étaient assurées pour des valeurs représentant 70,2 M$.

De ce nombre, 150 entreprises ayant subi des pertes indemnisables ont reçu des sommes totalisant 1,4 million de dollars, dont plus de 574 000 dollars pour les pommes de terre.

Portrait des cultures

Les conditions climatiques de la saison 2016 ont été relativement favorables à la production agricole. Les conditions hivernales ont été propices à la survie des plantes pérennes et des bleuetières. Les températures froides du printemps ont ralenti la fonte des neiges. Cette conjoncture a retardé l’ensemencement des cultures annuelles. Par la suite, la croissance des plantes a également été retardée en raison de l’excès de pluie et des températures froides. Toutefois, les conditions climatiques ont été clémentes lors de la période de floraison des bleuetières. Des épisodes de grêle, d’excès de pluie ou de manque de précipitations, selon les secteurs, ont affecté diverses cultures au cours de la saison, particulièrement les pommes de terre, le foin et les céréales.

La récolte de la première fauche de foin a bien progressé. L’excès de pluie de juillet dans le secteur de Saguenay a causé des pertes de qualité. De plus, la sauvagine a endommagé plusieurs champs de foin. Les rendements et la qualité de l’ensemble des fauches de foin ont été autour des moyennes. La récolte des bleuets a été supérieure à la moyenne tant en qualité qu’en quantité. Quant aux autres cultures, les rendements et la qualité ont été autour des moyennes.

« Pour les producteurs agricoles, l’assurance récolte offre une protection avantageuse lorsque les conditions climatiques ne sont pas au rendez-vous. Elle permet ainsi de sécuriser une grande part des revenus issus des récoltes », a expliqué le directeur du Centre de services d’Alma, Yves Lefebvre par voie de communiqué de presse.

Article précédent

Commentaire de l'éditeur | La CIDAL un bel exemple de concertation!

Article suivant

Saguenay : Future ville intelligente?

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *