Chronique

LA CONSTRUCTION, que l’on gagne à mieux comprendre

L’industrie de la construction existe depuis toujours, mais elle demeure encore trop mal connue. Est-ce que les projets de construction coûtent plus cher au Québec qu’ailleurs au Canada? L’industrie est-elle plus ou moins réglementée que les autres entreprises québécoises? Nous vous proposons quelques éléments à retenir pour mieux comprendre le fonctionnement d’une industrie très importante dans notre économie.

 LA LOI R-20 ET LES CONDITIONS DE TRAVAIL

Il faut savoir qu’une entreprise en construction ne fixe pas les salaires de ses employés de chantier, mais que c’est plutôt un mécanisme prévu dans la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d’oeuvre dans l’industrie de la construction (R-20). La loi R-20 précise que les conditions de travail et la rémunération directe des travailleurs de la construction sont déterminées dans des conventions collectives négociées tous les 4 ans. L’ACQ est d’ailleurs un agent négociateur pour la partie patronale. Pour vous permettre de mieux comprendre, le coût horaire d’un charpentier menuisier (compagnon) œuvrant sur un chantier commercial selon un horaire régulier s’élève à 59,85 $ et si l’on ajoute le camion et les outils, ce dernier avant frais d’administration et de profit s’élève à 70,32 $.

LES MÉTIERS DE LA CONSTRUCTION

L’une des particularités distincte touche la catégorisation des métiers. On parle ici de ce qu’un travailleur peut effectuer comme travaux sur un chantier. On parle alors des fameuses cartes de compétences qui encadrent la pratique des métiers de la construction. Le Québec possède 26 corps de métiers et plusieurs occupations liées à l’industrie alors qu’en comparaison, il n’y a que 9 corps de métiers en Ontario ou en Alberta. À titre d’exemple, pour une finition de plancher, vous aurez le choix entre un carreleur (céramique) et un poseur de matériaux souple (tapis) alors qu’en dehors du Québec, le même travailleur peut exécuter les 2 compétences.

LES COÛTS DE CONSTRUCTION

En 2014, une mise à jour de l’étude comparative sur les coûts de construction au Canada, réalisée par SECOR[i] pour le compte de l’ACQ, cherchait à vérifier s’il existe des écarts significatifs dans les coûts de construction commerciale, institutionnelle et industrielle au Québec en examinant plusieurs sources de données et en y dégageant une tendance générale. Les conclusions de l’étude démontrent :

  • que les coûts de construction du Québec sont sous la moyenne ou dans la moyenne des régions comparables, que ce soit les principales provinces ou les grandes régions urbaines canadiennes;
  • que les coûts du Québec se situent généralement au-dessus de ceux des régions de l’Atlantique ou des provinces centrales, mais sous ceux des provinces de l’Ouest et de l’Ontario.

CONCLUSION

Il est finalement faux de croire que la construction coûte plus cher au Québec que dans les autres provinces. Par contre, notre industrie est en effet plus réglementée, plus complexe qu’ailleurs et sujette à un plus grand nombre de réglementations administratives. On peut donc dire que nos entrepreneurs en construction ont beaucoup de contraintes pour opérer leur entreprise et dégager une marge bénéficiaire.

 

Article précédent

Ouverture du Passion Café centre-ville

Article suivant

Dépister l’entrepreneur dès l'école primaire

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *