Innovation

Problèmes de main-d’œuvre: Mastera fait partie de la solution

SAGUENAY – Une des solutions à la pénurie de main-d’œuvre régionale consiste à être connecté aux besoins des entreprises et à innover. C’est, du moins, l’avis unanime de Colette Fournier et Gilbert Grenon, respectivement directrice du service de formation continue et coordonnateur au développement des affaires de Mastera du Cégep de Jonquière.

« On a des antennes partout pour s’enquérir des besoins des PME. Il faut toutefois être persévérant, car ça prend jusqu’à deux ans avant de lancer un programme », a lancé Gilbert Grenon. Cependant, l’innovation est payante. Pour confirmer cette assertion, les deux professionnels citent le programme de «Technique de production en micro-brasserie», une initiative de Mastera.

« Le lancement de cet AEC a eu tellement de succès qu’on a dû arrêter de prendre des inscriptions pour la cohorte actuellement en cours de formation», a  avancé Gilbert Gernon pour qui estime ce projet comme un excellent exemple de connexion avec les besoins des PME. « Ça faisait longtemps qu’on en parlait. On avait des compétences et il y avait un besoin, donc une opportunité. Comme l’industrie voulait des gens de procédés, on a rencontré huit micro-brasseurs pour s’assurer des compétences recherchées et on a travaillé avec l’Association des micro-brasseries du Québec (AMBQ) pour accréditer nos premiers diplômés »

Les minières aussi

 Pour Gilbert Grenon un autre exemple de formation pertinente au développement de la main-d’œuvre régionale, c’est celui du programme« Procédés de traitement de minerai ». Ce cursus a été élaboré en collaboration avec les gens de la minière Arianne Phosphate qui auront des besoins importants à combler dans les prochaines années, notamment pour ce qui concerne le procédé de première transformation de l’apatite. « On forme des super opérateurs. Nos 14 premiers diplômés ont été placés à 100%. D’ici quelques semaines, un autre groupe sera prêt pour le marché du travail. On est les seuls à faire ça au Québec», a-t-il affirmé.

Reconnaissance des acquis

Les ressources humaines existantes des PME régionales profitent elles aussi des services de Mastera. Ainsi, plusieurs entreprises inscrivent leurs travailleurs à des formations d’appoints et dans des programmes de reconnaissances des acquis. Colette Fournier estime que cela permet à l’organisation de conserver plus longtemps sa précieuse main-d’œuvre au travail et de rendre les travailleurs plus heureux et performants.

Enseignement virtuel

Pour Colette Fournier, un des défis majeur de Mastera, c’est le recrutement des formateurs. La technologie vient cependant à leur secours avec la possibilité de recruter des professeurs qui n’ont pas besoin de se déplacer pour dispenser leur formation. « Nous recrutons certains profs qui donnent 100% de leur formation en ligne. Ça nous permet d’aller chercher les meilleurs », a-t-elle assuré.

La directrice de Mastera souligne également que la collaboration entre les services aux entreprises des autres cégeps de la région et Emploi-Québec est très précieuse pour offrir de bonnes formations. « Nous travaillons de plus en plus en complémentarité avec les autres cégeps du Saguenay–Lac-Saint-Jean et les gens d’Emploi-Québec en région afin de développer des programmes et des formations de qualité à nos entreprises» a conclu Colette Fournier.  Inf: www.mastera.qc.ca

Article précédent

Stratégie: «Faut pas fucker les bananiers»

Article suivant

Marché Richelieu à La Baie : expansion et relève au menu

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *