Construction

Âgé de seulement 26 ans – Éloi Boudreault entrepreneur en construction

Éloi Boudreault baigne dans le monde de l’entrepreneuriat depuis près de six ans. Celui qui, plus jeune, voulait devenir charpentier-menuisier est maintenant, à 26 ans seulement, à la tête de sa compagnie de réfection de toitures résidentielles depuis plus de deux ans. Portrait de l’entrepreneur derrière l’organisation qui ne cesse de progresser malgré une économie qui tourne au ralenti.

À l’époque où il était étudiant en administration des affaires à l’Université Laval, en 2011, Éloi Boudreault était à la recherche d’un boulot pour payer ses études. «C’est là que je vois une affiche pour devenir franchisé d’une entreprise étudiante. Je me suis donc présenté à la première rencontre d’informations, car j’étais vraiment intéressé à l’idée d’être mon propre patron et d’avoir une compagnie dans la peinture de maisons. Par la suite, je me suis présenté à la deuxième séance et c’est comme ça que l’aventure a débuté», relate-t-il en ajoutant avoir mérité la mention «Recrue de l’année» en raison de la quantité impressionnante de ventes.

Après trois ans en tant que franchisé, l’homme d’affaires évalue la possibilité d’ouvrir sa propre entreprise spécialisée dans la rénovation. «J’avais de plus en plus de contrats pour rénover des toitures, je me suis demandé s’il était temps de relever de nouveaux défis. J’ai donc décidé de me lancer et je dépasse mes objectifs chaque année», confie le directeur général qui estime posséder le quart des parts du marché de la rénovation de toits à Saguenay.

Éloi Boudreault se distingue grâce à une volonté d’offrir le meilleur service à ses clients. Inculquer des méthodes de travail sécuritaires, favoriser un climat de travail harmonieux, favoriser le dialogue et toujours avoir en tête la satisfaction de la clientèle sont ce qui caractérise le jeune entrepreneur.

Rassembler la famille

Éloi Boudreault a bâti l’entreprise de toutes pièces. Il y a toutefois intégré son père dès le début de l’aventure. «Il m’a apporté un support indéfectible», avoue-t-il, en ajoutant qu’il s’est associé avec son frère l’an dernier. Selon lui, la performance d’un service passe par une saine gestion des ressources humaines, mais également matérielles et financières. «Nous avons toujours les yeux rivés sur les résultats. Si on s’en éloigne, c’est facile de s’égarer et de perdre le contrôle», explique celui qui prépare son arrivée dans la rénovation commerciale au cours des prochains mois.

 

Article précédent

Équipementiers et fournisseurs - Une édition propice aux partenariats

Article suivant

Naturallia 2017 : l’anthropologue Serge Bouchard conférencier

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *