Transaction

EXCLUSIF – L’Imprimeur et JBR fusionnent

SAGUENAY – Deux entreprises de Saguenay ont uni leurs destinées en fusionnent leur expertise et leur clientèle. Le 24 avril dernier, les copropriétaires de l’Imprimeur Lynda Tremblay et Gaétan Vallée se sont entendus avec le PDG de l’Imprimerie JBR, Yves St-Gelais, pour que les deux organisations intègrent leurs activités en une seule entité. Le nouveau groupe conservera le nom de L’Imprimeur.

Même si la présidente et directrice générale de L’Imprimeur n’avait pas prévu s’engager dans cette transaction en 2017, elle considère que cette opportunité aidera son entreprise. «  Ça n’était pas prévu à mon calendrier, mais en même temps ça devenait inévitable étant donné les conditions du marché de l’imprimerie qui sont devenues très difficiles en région. Nous allons unir nos clientèles et nos expertises qui sont complémentaires » concède-t-elle. « Lorsque Yves et moi nous nous sommes rencontrés, tout est allé très vite. On s’est parlé franchement et on s’est entendu, » confirme la femme d’affaires.

 Chiffre d’affaires triplé

Pour Lynda Tremblay, il s’agit de la deuxième transaction majeure des derniers mois alors que l’entreprise a acheté Brode Promo Chic (BPC) l’automne dernier. L’équipe de L’Imprimeur/BPC comprend dorénavant 25 employés. La PDG de l’Imprimeur confirme que le chiffre d’affaires de l’entreprise aura donc triplé par le biais de ces deux opérations. Mais au-delà du volume de ventes, c’est plutôt les avantages liés au regroupement d’une foule de service sous un même toit qui a amené Lynda Tremblay à aller de l’avant. « C’est une très grande fierté pour ma région. On devient l’imprimerie qui offre tout sur le même toit. Le contrôle de la qualité de ce qu’on va livrer est beaucoup plus facile, » lance-t-elle.

Un marché régional difficile

Yves St-Gelais, assure qu’il est très heureux de cette fusion  une excellente opportunité de renforcer le nouveau groupe alors que la compétition dans le domaine de l’imprimerie est devenue très féroce. L’homme explique que de gros compétiteurs de l’extérieur de la région sont très présents dans le marché du Saguenay–Lac-Saint-Jean et, qu’en plus, de nombreux produits d’imprimerie n’ont plus la cote, étant donné les nombreuses transactions qui se font maintenant par voie électronique. Il explique, par ailleurs, qu’il n’existe plus que quelque 5 ou 6 imprimeurs en exploitation dans la région. « Je suis très heureux de la tournure des événements. Ça va me permettre d’avoir une belle fin de carrière, » conclut-il.

 

 

Article précédent

Le groupe de travail sur l’aluminium dépose son rapport.

Article suivant

Deux bourses pour les jeunes entrepreneurs du haut du Lac

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *