Économie sociale

Une micro-brasserie coopérative voit le jour

SAGUENAY – Chérissant l’idée de se lancer dans l’industrie brassicole depuis plusieurs années, Félix Daviault-Ford, Simon Mélançon et Philippe Dufour inaugureront très bientôt la microbrasserie Pie Braque. Située dans le Parc industriel de Jonquière, la coopérative de travailleurs prévoit débuter la production d’ici juin.

Rencontrés dans leur immense local industriel de la rue Alexis Le Trotteur, qui abritera tous les équipements nécessaires au brassage, les trois dirigeants mentionnent vouloir ouvrir une microbrasserie depuis un bon moment déjà. «À l’université, au début des années 2000, nous faisions déjà de la bière. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’on se lance dans un projet comme ça», mentionne le directeur de la recherche et développement et du contrôle qualité, Félix Daviault-Ford.

L’idée de lancer l’entreprise sous la forme de coopérative a été retenue afin que toute l’équipe soit impliquée dans l’administration de l’entreprise. «Les décisions se prendront en groupe. Ça permet de créer un sentiment d’appartenance et ça fait en sorte que l’équipe se surpasse dans le brassage», ajoute-t-il.

Attaché au Lac-Kénogami

Si le nom de la coopérative semble faire allusion au barrage situé à Lac-Kénogami, ce n’est pas par pur hasard. «Notre plan d’affaires a été monté en en vue d’ouvrir notre usine là-bas. Des plans d’architecture étaient déjà faits, mais en raison des règlements de zonage et la gestion des affluents, nous avons été contraints à occuper un espace dans le parc industriel de Jonquière», souligne le directeur des opérations de la coopérative, Philippe Dufour. Il n’y a pas que la marque qui rend hommage à ce coin de pays. Une bière portera aussi le nom de l’endroit, de même qu’un salon de dégustation qui sera aménagé dans le Bistro du baladeur, situé au cœur de Lac-Kénogami.

 Encourager l’économie locale

Pour les trois acolytes, l’achat de fournitures locales figure parmi les priorités de l’entreprise. «Pour nous, c’est important d’acheter de l’équipement et des produits de la région. S’il n’y en a pas, on se tourne vers des produits du Québec ou du Canada»,  déclare le directeur de production, Simon Mélançon. «À titre d’exemple, nos cuves de brassage sont fabriquées par un fournisseur canadien. Certaines micros font le choix d’acheter leur équipement en Chine. On préfère payer plus cher pour faire rouler l’économie», ajoute Philippe Dufour. Une autre priorité pour la microbrasserie Pie Braque, c’est de produire des boissons de très haute qualité. «Nous aurons trois catégories, les bières de 5 à 7 % d’alcool, ceux de dégustation et les bières d’exception produites dans des barils de chêne», énumère Félix Daviault-Ford.

Partout au Québec

Les bouteilles et fûts de la coopérative seront distribués à l’échelle provinciale par l’entreprise baieriveraine Transcaisse. «C’est un distributeur saguenéen. Grâce à une entente que nous avons signée avec eux, nous serons distribués dans toutes les régions du Québec. Même si Pie Braque bénéficiera bientôt d’un rayonnement dans toute la province, notre but est que la région soit bien desservie. Il faut qu’un dépanneur à 2 kilomètres de notre usine soit capable d’avoir notre marchandise en inventaire», insiste le directeur des opérations. La préparation des premiers brassins devrait commencer au début de juin. L’équipement de production de départ possède une capacité de 1000 hectolitres. L’objectif est d’atteindre un volume total de 3000 hectolitres dans un horizon de 3 à 5 ans.

Article précédent

L’école Jean-Gauthier inaugure sa cuisine entrepreneuriale

Article suivant

Rose Bon Bon ouvre une nouvelle boutique à Québec

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *