Transport

Groupe de travail transport: miser sur l’interconnexion

Le Groupe de travail transport (GTT) issu du Sommet économique régional de juin 2015 a déposé son rapport ce matin (NDRL 12-6-17) sur le site de Port de Saguenay. Selon les coprésidents du comité ad hoc, Priscilla Nemey, vice-présidente exécutive de Promotion Saguenay et Jean-Pierre Boivin, préfet de la MRC de Maria-Chapdelaine, la région possède des atouts majeurs au chapitre de ses infrastructures de transports, mais devra miser sur l’interconnexion et l’intermodalité de celles-ci.

Le document rendu public par le groupe présente les caractéristiques des principaux réseaux et infrastructures de transport présents dans la région, soit le réseau stratégique de chemins multiusages, le ferroviaire, le maritime et l’aérien. Selon les coprésidents, bien que la présence de ces modes de transport soit un actif important pour la région, ceux-ci prennent toute leur valeur lorsqu’ils sont interconnectés. Le plan régional intermodal poursuit l’objectif que la région devienne le point de convergence entre la Stratégie maritime et des projets de développement situés sur le territoire du Plan Nord. Il constitue un avantage économique indéniable qui accroît la compétitivité des projets.

D’abord, ces travaux permettront à la région de mettre en valeur le réseau stratégique de chemins multiusages. Ce réseau, qui s’étend jusqu’à la limite nord de la région, permet des interconnexions avec les régions limitrophes et il devrait être lié aux autres modes de transport (réseau routier normé, maritime et ferroviaire). Pour mettre en oeuvre ce plan, la région devra se doter d’une porte d’entrée permettant de faire du développement concerté avec l’ensemble des parties prenantes afin de faciliter la réalisation des projets.

Une entente essentielle avec CFRS

Un des grands défis identifiés par les membres du groupe, consistera, pour la région, à s’entendre avec Rio Tinto pour réaliser une voie d’évitement et une de contournement pour les sections de rail appartenant à la division ferroviaire de RT, soit Chemin de fer Roberval-Saguenay (CFRS). Celui-ci dessert l’ensemble des installations régionales de Rio Tinto : la raffinerie d’alumine Vaudreuil et les autres installations du complexe Jonquière, le Centre technologique AP60, les sites de Grande-Baie et Laterrière ainsi que le site d’Alma de l’aluminerie Saguenay–Lac-Saint-Jean. De plus, il donne accès à la desserte ferroviaire de l’Administration portuaire du Saguenay. Le réseau du CFRS revêt une importance stratégique puisqu’il constitue le seul accès au terminal maritime de Grande-Anse.

Sommaire des recommandations

LE RÉSEAU STRATÉGIQUE DES CHEMINS MULTIUSAGES

1 Promouvoir le réseau stratégique de chemins multiusages.

2 Réserver un corridor permettant de relier directement l’extrémité nord de la région à la route des Monts-Otish (route 167) avant de décréter le statut permanent de parc national Nibiischii.

LE TRANSPORT FERROVIAIRE

3 Rio Tinto évaluera avec la collaboration de la Ville de Saguenay la possibilité d’aménager une voie d’évitement le long des rails du CFRS.

4 Identifier un tracé et évaluer sommairement les coûts d’une voie de contournement entre Jonquière et le terminal maritime de Grande-Anse.

LE TRANSPORT MARITIME

5 Soutenir le plan d’investissement de l’Administration portuaire du Saguenay.

6 Appuyer le projet de terminal maritime en Rive-Nord de l’Administration portuaire du Saguenay.

LE TRANSPORT AÉRIEN

7 Soutenir le plan de modernisation de l’aéroport Saguenay-Bagotville.

8 Mettre en place un projet de coopérative aérienne, en partenariat avec les entreprises, afin de mieux desservir la région.

LES ZONES INTERMODALES

9 Réaliser une étude de caractérisation des zones intermodales actuelles et potentielles.

10 Connecter le réseau stratégique de chemins multiusages aux autres réseaux (maritime, ferroviaire et routier) le plus efficacement possible.

UNE PORTE D’ENTRÉE POUR LES PROMOTEURS

11 Financer une ressource qui agira comme porte d’entrée en transport, qui assurera la promotion du plan et qui favorisera la concertation des acteurs en transport.

LA MAIN-D’OEUVRE

12 Assurer une adéquation entre l’offre et la demande pour des formations adaptées à la conduite de camions hors norme, la voirie, la sécurité et la logistique du transport.

 

Article précédent

Thomas Lévesque: de vendeur de cellulaires à entrepreneur

Article suivant

Trois nouveaux prix pour Les Vergers de Velours

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *