Immobilier d'affaires

Transaction de 8M$ Stéphane Bourgoin seul actionnaire des Immeubles Oasis

SAGUENAY – Au cours des dernières semaines, une importante transaction immobilière, évaluée à plus de 8M$, à été conclue à Saguenay, alors que l’homme d’affaires Stéphane Bourgoin est devenu l’unique actionnaire de « Les Immeubles Oasis ». La nouvelle a été confirmée à Informe Affaires par le nouveau propriétaire du portefeuille d’édifices locatif comprenant 17 bâtisses à vocation résidentielle.

À seulement 36 ans, Stéphane Bourgoin devient donc l’unique actionnaire d’un ensemble de 17 édifices, comprenant plus de 150 logements, dont 16 sont situés dans l’arrondissement de Jonquière, l’autre étant à Chicoutimi. Le promoteur immobilier explique que deux autres associés auxquels il était lié ont décidé de se départir de cet ensemble immobilier il y a quelques mois. « Mes associés sont plus âgés que moi et leurs priorités ont changé. Ils voulaient vivre autre chose », confirme celui qui détenait seulement 25% des parts de l’entreprise avant la transaction.

Un tremplin pour d’autres acquisitions

Stéphane Bourgoin considère que cette transaction n’est qu’une étape devant mener à une croissance importante des actifs de « Les Immeubles Oasis ». Le jeune homme a bien l’intention de procéder à d’autres acquisitions au cours des prochains mois. Il explique que le processus de cette transaction a duré un an, a été assez compliqué. Il veut maintenant prendre le temps de s’organiser, avant d’analyser d’autres investissements, notamment à l’extérieur de la région.

« Je suis maintenant seul et je me rends compte que c’est beaucoup de travail à gérer. Je suis quand même très confiant pour la suite des choses et je vais bientôt regarder le marché pour faire d’autres acquisitions dans les prochaines années », confirme-t-il.  Stéphane Bourgoin aimerait idéalement, à moyen terme, créer un Fond de placement immobilier (FPI). Cet outil financier peut être privé ou inscrit en bourse. Il permet d’augmenter considérablement la capacité financière d’une entreprise. « J’aimerais monter un FPI pour augmenter la cadence des acquisitions… Je veux profiter des nombreuses occasions d’affaires, dans la région et au Québec », lance-t-il en guise de conclusion.

 

Article précédent

Revenu Québec accuse Chocolats Lulu

Article suivant

« Vivre en MINI » crée un quartier à Saint-Nazaire

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *