Technologie

Orizon Mobile veut brancher adéquatement les industries

SAGUENAY – Le Parc industriel Henri-Girard peut maintenant compter sur un service Internet haute vitesse distribué par antenne centralisé grâce à un investissement de 100 000 $ par l’entreprise Orizon Mobile. Cette nouveauté permettra donc aux industries de profiter d’une connectivité plus fiable à la technologie DSL qui leur est actuellement offerte.

Joint par InformeAffaires.com, le directeur des opérations de la succursale Orizon Mobile de Chicoutimi, Luc Larouche, a mentionné vouloir faire profiter de cet avantage aux industries, notamment parce qu’ils n’ont pas de variété en ce qui concerne l’Internet haut débit. « Cela fait au moins un an que nous travaillons sur ce projet. Contrairement à ce que les gens pourraient penser, les secteurs industriels n’ont pas accès à la haute vitesse, c’est pourquoi notre objectif est de desservir adéquatement le Parc Industriel de Chicoutimi et ensuite celui de Jonquière dans les prochains mois », a-t-il souligné.

Un investissement de 100 000$ a été nécessaire afin d’acheminer la fibre optique de Telus chez le détaillant saguenéen. « Notre objectif est d’être compétitif et de répondre à la demande grandissante des propriétaires d’usines et compagnies situées dans le Parc. On voyait un manque et on veut le combler », soutient-il.

Privé ou partagé

La première entreprise a officiellement été branchée au service la semaine dernière (20-07-2017 NDLR) et le fournisseur prévoit recevoir d’autres demandes au cours des semaines qui suivent. « Notre offre est très accessible. Il est possible de séparer le signal si deux organisations veulent se partager le réseau », affirme le directeur des opérations.

À partir d’une tour de transmission centralisée qui se trouve sur le terrain d’Orizon Mobile, les ondes sont transmises jusqu’aux antennes installées sur le toit des consommateurs. Le tout est ensuite acheminé à un modem qui donnera accès au Web. « Ce qui nous différencie de la concurrence, c’est la manière d’acheminer la connexion chez nos clients, sans oublier la vitesse de navigation qui sera améliorée », explique Luc Larouche.

Même en forêt

Le potentiel de cette technologie offerte par la succursale chicoutimienne pourrait également s’avérer utile dans d’autres secteurs, notamment dans l’industrie forestière, où les lignes de télécommunication se font rares. « Comme cette technologie ne nécessite que l’installation d’une antenne émettrice pour acheminer Internet via des ondes, il y a plusieurs avantages économiques, comparativement aux services actuellement disponibles en région isolée » conclut monsieur Larouche.

Article précédent

RT Aluminium: Pas de fumée sans feu...

Article suivant

Croissance économique du Québec : la région traîne de la patte

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *