Tourisme

Projet d’envergure au Trou de la fée de Desbiens

DESBIENS – La Société Récréotouristique de Desbiens (SRTD), gestionnaire du Trou de la Fée est en processus d’appel d’offres afin d’intégrer une expérience multimédia en trois dimensions à 360 degrés. 875 000$ seraient injectés afin d’agrémenter l’offre du site dès la prochaine saison estivale.

D’après les documents envoyés aux soumissionnaires et qu’Informe Affaires a pu consulter, ce virage technologique permettrait à l’attraction touristique d’attirer de nouveaux visiteurs. La venue de nouveaux croisiéristes et la diversification de l’offre régionale amènent donc les gestionnaires de la corporation à investir dans une expérience multimédia ce qui préparerait davantage les touristes à leur visite dans la caverne, en plus de leur raconter l’histoire du site.

« Aujourd’hui les voyageurs veulent de l’authenticité, prendre contact avec la réalité du milieu se rapprocher des habitants d’un territoire, connaître son histoire et son vécu. […] Dans cet esprit, les attraits touristiques se doivent de mettre en valeur les éléments historiques, patrimoniaux, industriels et géologiques », mentionne la Société Récréotouristique des Desbiens dans son document d’appel de propositions public.

Portée internationale

D’une durée d’environ 18 minutes, les visiteurs pourront assister à une présentation multisensorielle racontant l’histoire géologique des lieux, de la période glaciaire à aujourd’hui. La livraison et le lancement du spectacle multimédia devraient avoir lieu au plus tard, le 15 juin 2018. À la suite de ces investissements majeurs supportés par les paliers de gouvernement et par des entreprises privées, le Trou de la fée espère devenir une institution récréotouristique de niveau international. L’organisme souhaite également que ce projet audiovisuel augmente l’achalandage du site dans les prochaines années.

Plus de 50 ans d’histoires

Ouvert en 1964, le Parc de la caverne du Trou de la fée de Desbiens accueille annuellement plusieurs milliers de vacanciers sur son site situé en bordure de la rivière Métabetchouane.  Il est le seul hibernacula naturel protégé pour chauves-souris au Québec. Depuis 1977, c’est la SRTD qui est gestionnaire de l’endroit en plus du Camping plage Blanchet. L’organisation s’autofinance à même les revenus d’exploitation des deux sites dont elle en est la gestionnaire. Elle compte aujourd’hui 118 membres et ses activités se déroulent de la fin mai à la mi-octobre. Durant cette période, la société assure de l’emploi à plus d’une vingtaine de personnes, dont 12 étudiants.

Article précédent

Croissance économique du Québec : la région traîne de la patte

Article suivant

La bière collaborative est lancée!

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *