Commerces et services

Diad’aime a le vent dans les voiles

SAGUENAY – Plus de neuf mois après l’ouverture officielle de la boutique de location et de vente de robes, d’habits de mariage et événements, Diad’aime est très satisfait de la réponse de la clientèle en cette période de mariages.

Rencontrée par InformeAffaires.com, quelques heures avant l’ouverture de sa boutique, la copropriétaire et cofondatrice Manon Pratt était très heureuse de constater les avancées de l’entreprise depuis l’ouverture en octobre dernier. Au plus fort de la saison des mariages, le commerce, situé dans le bas de la rue Racine, est très achalandé. « La demande est là et nous sommes présents pour accompagner nos clientes dans la sélection de leur de mariée, de demoiselle d’honneur… Nous possédons également un inventaire pour les hommes et nous nous apprêtons à avoir une plus grande collection pour eux », assure la copropriétaire de l’entreprise qui ne s’est pas permis de pause pendant les vacances de la construction.

« La concurrence est nécessaire »

À la suite de la fermeture de Créations Mirage, Manon Pratt souligne également avoir fait l’acquisition d’une partie de l’inventaire du commerce. « En étant maintenant deux entreprises dans la vente de robes de mariées à Chicoutimi, il fallait que la clientèle retrouve quand même les marques qui étaient en vente chez notre concurrent. C’est pourquoi nous avons acheté une partie de l’inventaire, en plus d’avoir signé des ententes d’approvisionnement avec quatre fournisseurs qui étaient chez Mirage ».

L’entrepreneure ajoute que la fermeture de ce fleuron en activité depuis 30 ans est un dur coup pour la clientèle, car elle croit que la compétition est capitale. « Plus il y a de commerces, plus il y a de choix et plus les consommateurs auront un prix intéressants ».

Expérience d’achat

La vision de Diad’aime n’est pas seulement de vendre une robe, elle veut offrir une expérience mémorable. « Nous traitons nos futures mariées comme des princesses. Nous organisons des soirées VIP, c’est-à-dire que nous fermons le magasin. Les amies, la famille sont invitées à l’essayage de l’habit et elles peuvent voter pour leur coup de cœur. Lorsque le bon morceau est trouvé, je fais sonner une cloche, ce qui rend le tout plus magique », dit-elle en présentant le long podium où se trouvent deux rangées de miroirs panoramiques ainsi que quatre cabines d’essayage. « Je vous en parle et j’en ai des frissons », ajoute la femme d’affaires.

Des idées plein la tête

En moins d’un an, Manon Pratt est heureuse d’avoir réussi à se tailler une place dans son industrie qui peut parfois jouer du coude. Celle qui était auparavant décoratrice d’intérieur rapporte avoir plusieurs projets pour les mois à venir. « Je prépare quelque chose de très intéressant pour l’extérieur de la région et que nous annoncerons très bientôt. Tous ces projets nécessiteront, à court terme, l’embauche d’employés ».

Dynamiser le bas de la Racine

L’ouverture, en octobre dernier, de l’entreprise au 45, rue Racine Ouest a dynamisé le bas de la rue principale. L’arrivée de l’Érudit Café et, très bientôt, d’une entreprise de divertissement dans le secteur prouve à Manon Pratt et son associée, Marie-Ève Gagnon, qu’elles ont fait le bon choix. « Les trois premiers mois, nous devions habituer les gens à venir nous voir. Maintenant, ça va de soi, le secteur est dynamisé et nos campagnes publicitaires ont porté fruit », indique-t-elle, en ajoutant que l’emplacement de son local est très stratégique notamment en ce qui concerne le stationnement. « Nous avons 2 500 pieds carrés de boutique et nous ne manquons pas de stationnements, ce qui facilite en tout point la vie de nos clientes lorsqu’elles quittent le magasin avec leur commande ».

Manon Pratt termine l’entrevue en interpellant les aspirants entrepreneurs. « J’ai fait le choix de sauter dans le monde des affaires, c’est le plus beau cadeau que je me suis offert. J’invite les gens à oser. Si le cœur vous le dit, faites-le! », conclut-elle.

Article précédent

Optimal : gestionnaire de projets pour particuliers

Article suivant

Retour de vacances : la CNESST invite à la prudence

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *