Auteur

Dominique Savard

SAGUENAY – Le gouvernement du Canada investit 100 M$ dans une nouvelle initiative nationale pour soutenir les PME des secteurs de l’acier et de l’aluminium, intitulée Croissance économique régionale par l’innovation (CERI) – Acier et Aluminium. L’annonce a été faite ce matin [11-03-2019 NDLR] à Saguenay par le député de Lac-Saint-Jean et secrétaire parlementaire de la ministre de la Petite entreprise et de la Promotion des exportations, Richard Hébert.

Du montant prévu, 26 M$ sera réservé aux PME québécoises par l’entremise de Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC). L’appui gouvernemental prendra la forme de contributions non remboursables qui seront versées aux PME utilisatrices d’acier et d’aluminium pour des projets d’adoption de technologies novatrices visant à améliorer leur productivité, leur innovation ou leur compétitivité. « Cette nouvelle initiative apportera des retombées positives pour les PME utilisatrices d’acier et d’aluminium de la région qui sont durement touchées par la surtaxe des Américains. 99% des entreprises sont des PME au Canada et elles emploient 10 millions de personnes », explique M. Hébert.

Le gouvernement canadien veut ainsi appuyer les entreprises des chaînes d’approvisionnement de l’acier et de l’aluminium. Plusieurs de ces entreprises oeuvrant dans la transformation de ces métaux en produits finis ont subi des impacts en lien avec les cours en hausse de ces intrants et les pressions financières et concurrentielles croissantes. Le programme vise donc à appuyer les entreprises à fort potentiel de croissance pour qu’elles puissent accroître leurs activités et prendre l’expansion, soutenir la démonstration de technologies et leur commercialisation, encourager l’adoption précoce ou l’adaptation de technologies et de procédés de pointe pour améliorer la productivité, ainsi qu’à accroître la capacité de croissance des entreprises.

Des exemples locaux

À titre d’exemple, M. Hébert a parlé de l’entreprise CoupeSag, touchée par la surtaxe américaine. « Notre contribution non remboursable pourrait lui permettre d’acquérir une plieuse pour améliorer la productivité. D’autre part, nous ne pouvons aider des entreprises qui ont des problèmes financiers. Il faut un projet innovant. Le programme s’étend jusqu’au 31 mars 2020, mais il est bon de préciser que les projets déposés d’ici le 8 avril prochain seront priorisés », précise le député en ajoutant que ça ira selon la formule premier arrivé, premier servi.

Président de l’entreprise Proco et présent à la conférence de presse, Michel Toupin avoue que le temps alloué aux entreprises est quand même restreint, compte tenu des montants alloués. « Nous avons bien sûr des projets dans les cartons et c’est un incitatif pour aller plus vite. C’est une bonne initiative, même si les montants alloués ne sont pas si élevés car des projets en bas de 1M$ sont très rares dans notre milieu », laisse tomber M. Toupin.

- Avec la collaboration de Karine Boivin Forcier -

Commentaires