Jonathan Thibeault
Auteur

Jonathan Thibeault

SAGUENAY — Le stationnement à vélo urbain, VéloVoûte, s’est distingué lors du gala annuel de l’Association des directeurs de recherche industrielle du Québec (ADRIQ), qui avait lieu le 30 novembre dernier, au Palais des congrès de Montréal. L’invention régionale, composée entièrement d’aluminium, termine ainsi en deuxième place, derrière le SnikkyBike, une trottinette de petit format, qui a reçu le titre d’innovation de l’année.

En entrevue avec Informe Affaires, le concepteur du VéloVoute, Louis Fournier, s’est dit très flatté par la visibilité que le gala lui ait apporté. « C’est certain que ça fait un petit velours de terminer deuxième dans pour les innovations catégorie vélo. J’ai d’ailleurs contacté le lauréat national, Jérémie Lepage, pour lui signifier que nous pourrions collaborer dans la conception de sa trottinette. Elle pourrait être complètement construite au Saguenay-Lac-Saint-Jean », mentionne-t-il d’entrée de jeu.

Vers la commercialisation

Louis Fournier est sur la ligne de départ. L’inventeur a récemment fait appel à un distributeur afin d’enclencher la vente de son stationnement pour bicyclette. « Nous sommes toujours en négociation pour une mise en marché aux États-Unis et en Europe. J’ai un collaborateur qui s’envolera sous peu en Allemagne. J’ai bien hâte de voir les résultats », déclare-t-il, précisant qu’une commercialisation pancanadienne n’est aucunement exclue.

Nouveau design

Toujours dans le but d’améliorer son produit, M. Fournier est en train d’étudier la possibilité de modifier la présentation visuelle du VéloVoûte. « Sans trop entrer dans les détails, je suis en démarches sérieuses pour intégrer une technologie de recharge, ce qui implique que ma structure doit être adaptée pour recevoir ce type de technologie », explique l’homme d’affaires de Chicoutimi.

Embauchant trois personnes à son usine du chemin de la Réserve, COMP-XTR conçoit et usine le VéloVoûte, en plus d’être spécialisé dans la découpe de matériaux non métalliques pour sa clientèle. « Je suis en mesure de répondre à la demande. Si mes carnets de commandes sont pleins, je peux mandater d’autres entreprises qui me supporteront dans ma croissance. D’ailleurs, je suis en négociations avec des organisations intéressées à se procurer mon invention, dont La Vie Sportive de Québec. Nous sommes sur la ligne de départ afin de prendre le marché », conclut l’homme d’affaires.

À propos de l’ADRIQ

l’Association pour le développement de la recherche et de l’innovation du Québec (ADRIQ) anime une vaste association d’affaires, unique et influente, pour soutenir la recherche et l’innovation au Québec et favoriser les partenariats entre les décideurs. Elle aborde et véhicule les principales préoccupations et problématiques des acteurs de recherche et des entreprises innovantes qu’elle représente afin de réunir les facteurs favorables et les conditions propices à leur succès.

Commentaires