Auteur

Julien B. Gauthier (Trium Médias)

Le Groupe BMR s’attaque aux tablettes vides de ses 300 magasins à travers le Québec, dont ceux du Lac-Saint-Jean. Résultat: le magasin d’Alma approuve la démarche tandis que la succursale de Métabetchouan quitte le navire.

Pierre-Luc Martel, directeur de BMR Martel à Alma, voit d’un bon œil cette réorganisation qui selon lui, rendra les clients encore plus satisfaits. C’est notamment dans le but d’uniformiser tous ses magasins que le Groupe BMR a embauché une firme d’experts en marchandisage, l’entreprise lavalloise RDTS, qui aura pour mandat de fidéliser les clients et de s’assurer que les tablettes soient toujours remplies.

Depuis le 1er janvier, c’est donc RDTS qui s’occupe de la présentation des produits dans les allées et sur les tablettes. Auparavant, chaque magasin était libre de le faire à sa façon. L’une des problématiques récurrentes était que les « trous », les ruptures de stock et les étalages vides causaient de l’insatisfaction auprès des acheteurs. « Les consommateurs, quand ils prennent la peine de se présenter au magasin et qu’ils voient un trou, ça crée une insatisfaction », affirme Pierre-Luc Martel.

Il estime que l’uniformisation des magasins permettra également de lutter contre les géants du web qui eux, n’ont jamais de tablettes vides. « Quand on a à se battre contre Amazon et le commerce en ligne, il faut au moins qu’on ait du stock en tablette. »

La quincaillerie Tremblay-Laroche quitte BMR

Tous ne voient pas d’un bon œil cette nouvelle façon de procéder. La quincaillerie Tremblay-Laroche de Métabetchouan a décidé de quitter la bannière BMR pour se joindre au groupe Castle.

Le propriétaire Marc Tremblay, qui n’a pas voulu s’avancer dans les détails pour éviter les conflits, a tout simplement affirmé qu’il était en désaccord avec cette uniformisation. « Je ne suis plus BMR. J’ai quitté le groupe. Je suis maintenant membre de Castle. BMR nous imposait des choses qu’on ne voulait pas. On ne se sentait plus chefs dans notre propre magasin ».

Selon lui, le groupe Castle ne contraint aucunement la liberté des quincailleries qui en sont membres. « Nous avons choisi Castle pour la liberté. Ils nous laissent acheter et faire ce qu’on veut dans notre magasin. Nous ne sommes même pas obligés de mettre leur enseigne. »

Commentaires