Jonathan Thibeault
Auteur

Jonathan Thibeault

Les maires de Saguenay et de Dolbeau-Mistassini, Jean Tremblay et Richard Hébert, se mobilisent pour contrer une éventuelle fermeture des papeteries de Kénogami et de Dolbeau-Mistassini. Les deux élus ont d’ailleurs adressé une lettre au ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne.

Selon les deux hommes politiques, le gouvernement américain impose une taxe compensatoire à Produits forestiers Résolu (PFR), ce qui la force à payer plus de 2,6 M$ par mois au fisc américain. « Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a accordé une subvention de 125 millions de dollars à une usine de sa province fabriquant un produit similaire à celui des usines Résolu de Kénogami et de Dolbeau-Mistassini. Pour cette raison, Résolu qui n’a jamais bénéficié de cette subvention, se voit contraint de verser [plusieurs millions] par mois aux États-Unis », mentionnent-ils.

Jean Tremblay et Richard Hébert soulignent également qu’ils n’ont jamais autant ressenti le besoin de s’unir pour demander le support d’Ottawa. « La situation est urgente. En effet, l’industrie forestière qui a présidé à la naissance de la région est menacée de mort! La compagnie Résolu, principale exploitant des forêts du Saguenay-Lac-Saint-Jean se retrouve aujourd’hui, dans une situation très périlleuse », écrivent-ils.

Si rien n’est fait, les maires Tremblay et Hébert rappellent au ministre Champagne que deux usines de pâtes et papiers risquent de fermer, ce qui ébranlera lourdement l’industrie forestière. « PRF envisage sérieusement la fermeture de ses deux installations régionales pour stopper l’hémorragie financière ». Ces arrêts de production entraîneraient notamment le ralentissement du chiffre d’affaires de deux entreprises fournisseurs de copeaux de bois.

Commentaires