Auteur

Dominique Savard

SAGUENAY- La population régionale est invitée à participer aux rencontres d’information et de consultations publiques de l’entreprise Gazoduq Inc. qui se tiendront aujourd’hui et demain à l’Hôtel Le Montagnais à Chicoutimi (9 h à 12 h et de 13 h à 17 h), ainsi qu’au Château Roberval, samedi (9 h à 12 h et 13 h à 17 h), et à l’Hôtel Universel le lundi 25 février (15 h à 21 h).

Ces rencontres publiques s’inscrivent dans la démarche d’information et de consultation amorcée en novembre 2018, dans le but d’identifier un tracé de moindre impact pour la construction d’une conduite souterraine de gaz naturel d’environ 750 km entre le nord-est de l’Ontario et Saguenay. Les participants auront ainsi l’occasion d’échanger avec les représentants de l’entreprise quant à l’ensemble des composantes du projet, ses impacts potentiels, les occasions liées au corridor ainsi que les thématiques d’intérêt de l’étude d’impact environnemental et social (EIES).

« Gazoduq a mis en place cette vaste démarche d’information et de consultation afin d’informer la population et les groupes d’intérêts des régions traversées, de toutes les dimensions du projet afin qu’ils puissent avoir l’occasion de faire part au promoteur de leurs préoccupations et suggestions. Des séances de travail techniques ont eu lieu depuis la mi-janvier avec des intervenants clés du milieu, tels que des groupes environnementaux, associations de chasse et pêche, clubs récréotouristiques, représentants des MRC et des municipalités des régions incluses dans le corridor. Celles-ci ont donné lieu à des échanges constructifs sur les composantes du projet et les enjeux spécifiques à chacune des régions. Les consultations publiques seront suivies par une tournée d’ateliers thématiques et de tables de travail régionales », explique Frédéric Lepage, chef des relations avec la communauté de Gazoduq Inc.

Corridor à l’étude

Gazoduq étudie présentement un corridor entre le nord-est de l’Ontario et la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ce corridor, éloigné volontairement des zones densément peuplées selon le promoteur, prend également en considération de nombreux milieux sensibles, tels que le lac Saint-Jean, le Réservoir Gouin, le lac Abitibi, les aires de répartition du caribou forestier ainsi que les aires protégées et les secteurs d’intérêt récréatifs (ZEC, pourvoiries, etc.). Par ailleurs, l’entreprise affirme qu’il est déjà convenu que le tracé final évitera les aires protégées et les parcs nationaux inclus dans le corridor d’étude.

« Dès l’annonce du projet, nous nous étions engagés à travailler à différents niveaux avec les communautés locales tout au long du corridor à l’étude afin de déterminer un tracé de moindre impact. Il est indéniable que les séances de consultations publiques permettront d’enrichir davantage notre projet, qui, nous le souhaitons, sera à l’image des différents milieux impliqués », a pour sa part commenté Louis Bergeron, Président de Gazoduq.

Énergie Saguenay

Rappelons que le projet Gazoduq vise à approvisionner en gaz naturel canadien son principal client, Énergie Saguenay, un futur complexe de liquéfaction de gaz naturel (GNL) situé à Port de Saguenay. Alimentée à l’hydroélectricité, cette usine émettrait 85 % moins de gaz à effet de serre (GES) par rapport à une usine similaire ailleurs dans le monde, devenant ainsi une référence dans l’industrie, en plus de contribuer à la lutte mondiale contre les changements climatiques en favorisant l’utilisation du gaz naturel plutôt que le charbon ou le mazout en Europe et en Asie.

Commentaires