Auteur

Dominique Savard

SAGUENAY― Même si elle est toujours en attente de deux certificats d’autorisation, l’entreprise Métaux BlackRock conserve son objectif d’amorcer dès le printemps la construction de l’usine de traitement de minerai au port de Saguenay et la mine de ferrovannadium* à Chibougamau. Au total, 800 travailleurs seront nécessaires pour la fonderie de Saguenay et de 300 à 500 autres pour la mine et le concentrateur à Chibougamau.

« Nous attendons d’ici quelques semaines le certificat d’autorisation émis par un décret du conseil des ministres pour l’usine, alors que parallèlement à cela, nous avions un décret pour la mine, mais nous sommes en processus de modification Encore là, ce n’est qu’une question de semaines, selon nous », ont déclaré le vice-président des ressources Humaines, Carl Savard et David Dufour, directeur exécutif du Bureau régional de Métaux BlackRock.

Le projet d’un milliard de dollars (1 G$), soit 650 M$ pour l’usine et 350 M$ pour la mine se fera en simultané et devrait se terminer au cours du quatrième trimestre de 2020. Les appels d’offres seront lancés dès l’obtention des deux certificats d’autorisation. « C’est nous chez Métaux BlackRock qui choisira les fournisseurs, gérera et supervisera les deux chantiers. On aimerait embaucher des gens qui vont participer à la construction et que l’on pourrait garder par la suite pour les opérations. Par exemple, la personne en automatisation est celle qui va monter tout le système électrique et l’automatisation de la machinerie. Ça serait plaisant de la garder au niveau des opérations. Pour ce qui est de la construction comme tel de l’usine, ce sont les opérations normales qui s’effectueront avec l’excavation, le béton, la structure d’acier, le revêtement, la canalisation, la conduite sous-pression, etc. Il s’agit de beaux contrats potentiels pour l’industrie régionale et québécoise de la construction. »

Main-d’œuvre permanente

En ce qui concerne la main-d’œuvre pour l’opération de l’usine et la mine, MM. Savard et Dufour avouent qu’il est un peu tôt pour avoir un portrait réel des besoins. « Les chiffres ne sont pas clairs encore. Au total, on pense à 500 emplois, mais nous avons encore du temps pour l’embauche. Ça ne nous empêche pas de prévoir. Nous avons rencontré mercredi (NDLR- 2019-02-06) les étudiants de l’école de fonderie à La Baie pour leur parler de notre projet. Il n’est pas question non plus de déshabiller les autres entreprises régionales qui font face elles aussi à la pénurie de main-d’œuvre. On ne craint pas ce phénomène, mais évidemment, nous savons que l’embauche sera un défi. Toutefois, il y a déjà un bassin de main-d’œuvre ici et beaucoup de gens verrons de belles opportunités d’emplois bien rémunérés. De plus, on dit toujours qu’il y a un autobus de jeunes qui quitte la région chaque semaine. 500 emplois, ça représente 10 autobus. On peut inverser le sens du transport pendant dix semaines. »

Selon le directeur exécutif David Dufour, peu de gens sont conscients de la portée de l’arrivée de Métaux BlackRock dans la région. « Nous sommes la seule compagnie qui va produire du vanadium en Amérique du Nord. On parle d’une industrie complètement nouvelle intégrée du gisement jusqu’à la transformation dans un secteur d’activité unique en Amérique du Nord. Ce qu’on va faire, ça rentre dans la nouvelle économie verte et ça, pour des jeunes et des moins jeunes, ce sont des beaux défis attrayants. Malgré leur expertise et/ou leur expérience, nos ressources humaines devront toutefois développer les compétences de notre technologie spécifique par le biais de formations. »

En chiffres

Projet : 1 G$

Usine Port de Saguenay : 650 M$

Mine Chibougamau : 350$

Construction Saguenay : 800 emplois

Construction Chibougamau : de 300 à 500 emplois

Opération Saguenay : 300 emplois

Opération Chibougamau : 200 emplois

*Ferrovanadium : Agent de renforcement de l’acier; Augmente la capacité de stockage des batteries. Ex : il allège les voitures, réduisant ainsi les émissions de GE.

Commentaires