Auteur

Jean-Luc Doumont

SAGUENAY – Fonctionnant avec le calendrier des entreprises, le Centre gère annuellement une soixantaine de projets à la fine pointe de la recherche. Que ce soit pour l’agriculture, la santé, la foresterie, le transport, la gestion municipale ou encore la gestion de risque, la géomatique se retrouve impliquée dans un large éventail de services. Affilié au Cégep de Chicoutimi, le Centre possède 11 employés (sans oublier plusieurs étudiants) qui planchent chaque jour sur divers projets. La géomatique, c’est l’ensemble des technologies qui permettent le traitement des données géographiques sur trois activités principales, soit la collecte, le traitement et la diffusion. « L’objectif est de servir de levier aux diverses industries. La recherche que nous effectuons est concentrée sur la problématique des besoins d’entreprises. En posant des questions, nous analysons les problèmes et ensuite nous orientons le projet. Le but n’est pas de garder cette connaissance, mais plutôt de transférer le tout à l’entreprise dans une optique d’améliorer ses propres services, ses propres produits et peut-être même développer une nouvelle offre de service », a commenté Romain Cunat, conseiller en développement et innovation. Pour sa part, Josée Dallaire, directrice générale du CGQ, a souligné que son organisation servait aussi afin de développer de nouveaux marchés. « Nous nous chargeons du volet un peu plus risqué qu’est le développement de marché pour les entreprises. Nous possédons un laboratoire complet avec des capteurs, des GPS ou encore des logiciels qui permettent aux entrepreneurs de réaliser des essais ». Depuis 2010, le Centre a une banque de données de 200 clients. Par année, ce sont plus d’une soixantaine de projets qui se développent. Si certains de leurs clients ont des idées bien précises, d’autres ont besoin de plus d’accompagnement pour ainsi ajouter des aspects qui n’ont pas été pensés au préalable. C’est dans ce type de situation qu’est organisé un atelier de travail dans le but d’amener des éléments complémentaires et ainsi valoriser le projet initial tout en l’amenant au-delà de l’idée de base. Vu que plusieurs projets peuvent être développés en même temps, ce chevauchement permet de partager les divers talents du CGQ à travers diverses réalisations. L’équipe qui se compose et décompose au fil des projets entretient un réseau d’experts à l’externe et qui apportent également leur aide. En se maillant aux besoins des entrepreneurs, le Centre transfère son expertise sans avoir un droit de regard par la suite. « Les retombées que nous avons, c’est l’augmentation de l’expertise dans l’équipe, témoigne Josée Dallaire. En échangeant entre eux, ils partagent leurs expériences et partager ainsi leurs différents points de vue pour optimiser la rentabilité pour le client ». Les drones ne sont pas mis de côté, au contraire, c’est même la pierre angulaire de plusieurs technologies. Il faut savoir qu’en 2005, le Centre a été impliqué dans une étude pour l’Aéroport de Saint-Honoré, pour entrevoir la possibilité de développement sur les drones. En 2008, c’est l’Aéroport d’Alma qui a eu besoin de l’expertise du Centre pour développer les drones et créer le CED par la suite, dont Josée Dallaire est membre du conseil d’administration. Actuellement, un processus d’embauche est démarré pour trouver une personne qui s’occupera de la télédétection et de la photogrammétrie pour un nouveau virage que le Centre souhaite entreprendre. « Nous prenons ce chemin pour les méthodes d’acquisition, de traitements de l’image et de son interprétation. Dès que nous aurons cette ressource, son premier travail sera d’interpeller l’ensemble des entreprises en région pour connaître les besoins spécifiques que nous pourrons mettre en place dans une planification de projets », a mentionné Romain Cunat. Le CGQ est unique au Québec et, par le fait même, unique dans son domaine de la géomatique. D’ailleurs, Saguenay accueillera le 16 novembre prochain la Journée géomatique sur la ville intelligente pendant laquelle un atelier de réflexion aura lieu ainsi que la présentation d’un conférencier.

Commentaires