Auteur

Jean-Luc Doumont

SAGUENAY – Âgée à peine de 35 ans, Valéry Roy-Lagacé est ingénieur en informatique. Depuis janvier 2015, elle a développé son propre centre d’achats en ligne où les commerces locaux peuvent afficher leurs produits à un seul endroit. Plutôt que de chercher sur plusieurs boutiques en ligne les produits que nous souhaitons acheter, Valéry Roy-Lagacé a eu l’idée de centraliser le tout, sous une seule et même bannière, soit Les Galeries Araignée. Face à l’émergence du commerce électronique, la jeune entrepreneure a décidé de venir combler une problématique, qui était le temps perdu à chercher la bonne boutique. Aujourd’hui, en se rendant sur ce centre d’achats, il suffit de quelques clics de souris pour arriver sur son magasin préféré et procédé à l’achat, et ce, confortablement installé dans son canapé ou au bureau. Avec près de 15 000 mentions « J’aime » sur Facebook, très rapidement, l’entreprise a ouvert ses portes aux commerces de l’ensemble du Canada, via le site PowSpider. « Un jour, je me suis demandé pourquoi je ne magasinais pas en ligne et je me suis rendu compte que des femmes comme moi qui ont des enfants et qui travaillent à temps plein n’ont pas le temps. Bien souvent ce sont des sites qui ne sont pas du Canada, ou alors on ne se souvient pas de l’appellation du magasin, ce qui est différent du centre d’achats physique, là où 120 boutiques s’offrent à nous. En comprenant ceci, j’ai décidé de créer un centre d’achats où les boutiques seraient vérifiées pour sécuriser les transactions ». En plus de promouvoir les commerces locaux, grâce à une géolocalisation de l’adresse IP, le centre d’achats souhaite donner un coup de main aux PME pour qu’elles soient présentes en ligne. D’ailleurs, avant qu’un magasin ne soit accepté auprès des Galeries Araignée, Valéry Roy-Lagacé, effectue plusieurs vérifications pour ainsi éviter les fraudes. Pour 50 $ par année, un magasin aura accès à ce centre d’achats sans oublier le plan de visibilité que l’entrepreneure offre sur sa page Facebook. Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 200 boutiques qui lui font confiance (deux tiers du Québec et un tiers du Canada) parce que justement, en se démarquant de l’offre existante sur Internet, tant les entrepreneurs que les utilisateurs se sont aperçus du sérieux du produit. D’ailleurs, pour l’ingénieure en informatique, le défi technique quotidien est d’offrir un aperçu en direct et à jour de la boutique. Parmi les projets à long terme, Valéry Roy-Lagacé compte ajouter un suivi des clients sous forme d’un rapport avec la facturation ainsi que le service à la clientèle, en plus d’un système d’appréciation des boutiques.

Commentaires