Auteur

Jonathan Thibeault

N.D.L.R. Le texte qui suit fait partie d’un dossier rédigé dans le cadre du cahier thématique dont le thème est : Informe Affaires : 15 ans à propulser les entreprises d'ici, publié dans notre édition du mois de juin.

SAGUENAY — Le développement du journal Informe Affaires s’est réalisé grâce à une petite équipe. Depuis 15 ans, le nombre d’employés a toujours oscillé autour de six personnes, chacun contribuant à l’histoire et la crédibilité de l’entreprise dans le paysage médiatique régional.

La directrice artistique et adjointe administrative du journal de 2011 à 2018, Lise Lebeuf, se souvient très bien des débuts d’Informe Affaires. Après la fermeture du Journal Le Réveil, elle a rejoint CPVN Multimédia, la firme de Guy Bouchard.
« Guy m’avait montré une édition d’Informe Affaires et m’avait demandé combien de temps ça prendrait pour la mise en page et la création des publicités. Je me souviens que la transaction entre Michel Montminy et Guy Bouchard a failli échouer. Un matin, Guy me demande : ‘Si j’achète, le fais-tu avec moi ?’ et sans hésiter, j’ai embarqué », raconte-t-elle. « Je connaissais le domaine de l’édition d’un journal et lui, le journalisme. À deux, on pouvait réaliser quelque chose de bien », affirme-t-elle avec émotion.

« À la petite gang que nous sommes, nous avons réussi à structurer un journal qui perdure encore aujourd’hui. Au début, les gens ne connaissaient pasInforme Affaires, mais au fil des années, grâce à nos efforts et notre vision, nos outils média sont devenus connus et reconnus », soutient Dominique Bérubé, conseillère publicitaire depuis 2016.

Une vision qui a transcendé les années

Pour les journalistes Karine Boivin Forcier et Frédérica Fortin-Foster, la proximité de l’équipe et le créneau d’Informe Affaires sont des atouts. « Informe Affaires est capable de grand en étant une petite équipe. Cela fait une différence dans le milieu médiatique régional », explique Frédérica Fortin-Foster. Devenue rédactrice en chef récemment, Karine Boivin Forcier ajoute : « Notre force est d’être capables de bouger rapidement et nos idées sont écoutées ».

En poste depuis janvier 2018, Karine Boivin Forcier a été témoin de changements technologiques, mais selon elle, l’entreprise est demeuré bien solide à travers les années. « Le milieu des médias change, mais Informe Affaires est resté stable », indique-telle. « Produire le journal en étant seulement deux journalistes avec quelques collaborateurs représente des défis, mais nous permet d’apprendre énormément et de créer des liens professionnels durables », souligne de son côté Frédérica Fortin-Foster.

Au cours de sa carrière, Lise Lebeuf aura pu vivre le rythme de deux médias de taille différente. Pour elle, c’est chez Informe Affaires qu’elle garde les plus beaux souvenirs. « Un journal, ça évolue. On n’a pas le choix de suivre. Une si petite équipe pour produire un journal comme ça, c’est extraordinaire. Je suis fière de voir que ça perdure depuis 15 ans. Toute l’industrie des médias a des difficultés, mais nous sommes demeurés intacts. Lorsqu’on est un produit de niche, c’est-à-dire les affaires du Saguenay–Lac-Saint-Jean, ça fait brasser du monde », conclut-elle, se surprenant encore de parler au ‘nous’ lorsque vient le temps de raconter une parcelle de l’histoire du journal.

Commentaires