Jonathan Thibeault
Auteur

Jonathan Thibeault

SAGUENAY – Encore peu connu des entreprises, le financement participatif serait un bon moyen de sonder sa clientèle, en plus de financer ses projets. La plateforme de sociofinancement, Ulule, est de passage à Saguenay aujourd’hui, afin de démystifier cette pratique émergeante au Québec.

Souvent vue comme étant une solution adaptée aux entreprises technologiques, le directeur général d’Ulule Canada, Julien Sychterz, explique que le financement participatif, aussi appelé crowdfunding, est accessible pour toute sorte d’idées. « Lorsque l’on démarre un nouveau projet, ce que nous avons, c’est de l’énergie et de la motivation. Pour réussir la collecte de fonds auprès de ses pairs et de clients potentiels, il faut s’investir. Autant les projets créatifs, les produits et services sont susceptibles de réaliser leurs objectifs. Au bout du compte, ce moyen de récolter des fonds, permet également de valider ses orientations », a-t-il mentionné. « En raison de la méconnaissance, cette stratégie d’obtenir des fonds est plus floue pour certains entrepreneurs. Notre tournée se veut un moyen de présenter les avantages d’utiliser le sociofinancement pour démarrer ou pour préparer la croissance d’une entreprise », précise celui qui a déjà bénéficié de cette solution pour le lancement d’un nouveau produit.

Encouragé par le milieu économique

Lorsqu’une campagne est réalisée avec succès sur l’un ou l’autre des portails de crowdfunding, cela conforte le domaine financier d’investir dans le projet, affirme le directeur canadien d’Ulule. « Notre tournée québécoise est appuyée par plusieurs partenaires, dont la Banque Nationale et le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation. Ces mêmes partenaires m’ont affirmé être plus enclins à supporter de nouveaux projets qui ont été financés par un réseau, car la démarche prouve qu’il y a un réel marché », souligne-t-il.

Accompagnement

La recette du succès d’une campagne sur une plateforme comme Ulule, ce sont les efforts déployés et le sérieux des promoteurs dans les démarches, explique M. Sychterz « Plus tu mets d’énergie, plus il y a des retombées positives. Si l’on additionne l’accompagnement par un chargé de projet, c’est un succès quasi assuré », déclare-t-il, en spécifiant que l’accompagnement permet de conseiller les entrepreneurs pour ainsi éviter certains pièges.

Mentionnons qu’Ulule sera de passage au Moulin à Cie à compter de 17 h, afin d’y présenter une courte conférence gratuite. De plus, un panel d’experts composé d’avocats, banquiers, de comptables et de représentants du gouvernement, permettra de répondre aux questions des participants. Cette initiative a pour but d’informer et sensibiliser les initiés et néophytes sur cet outil relativement jeune au Québec.

Commentaires